12010510.gif
©Marc Brasseur montage ©JVA

Les hommages à JDD

Déjà un an que vous êtes parti Patron

Nouveau-29.gif

« À nous qui avons eu le privilège de connaître cet être lumière. Jacques ne nous laisse pas orphelins démunis, mais héritiers de ses principes de vie : la générosité, la totale liberté de penser, l’interdisciplinarité, le pluriculturalisme. À nous qui le connaissions, à celles et ceux qui le découvrent, de les adapter aux temps modernes, (où ils sont plus que nécessaires), de nous saisir du flambeau que nous tend Jacques et de le transmettre à notre tour. »   Claudia Ritter  (Extrait de L'Article de Véronique Bergen)

  • Facebook
Hommage à Jacques De Decker, Je vais proInterview de Claudia Ritter par Pascal Goffaux, RTBf/Musique 3, 12.04.21
00:00 / 14:16
 L'info culturelle de 7h30 Je vais promener ma truffe, Jacques De Decker, Claudia Ritter / François De Coninck, Prendre l’image au mot
JACQUES DE DECKER Je vais promener ma truffe Éditions Marot illustration Vadot
Hommage : ainsi vivait Jacques De Decker
LE SOIR
 

Jacques De Decker Théâtre Édition établie par Paul Emond 

Jacques De Decker Théâtre Edition établie par Paul Emond
ARLLFB

Paul Emond - "Le Théâtre de Jacques De Decker et ses références"

maelstrÖm Editions

Suzanne à la pomme 2020 Jacques De Decker

mis en image par Maja Polackova  2020

Suzanne à la pomme Jacques De Decker mis en image par Maja Polacova
tourner les pages
Suzanne à la pomme Jacques De Decker
La dernière histoire de Jacques De Decker Jean-Claude Vantroyen
LE SOIR

Histoires de tableaux (2005) nouvelles - Éditeur : CFC-Editions Suzanne à la pomme Jacques De Decker +  Abraham et la femme adultère Paul Emond

suzanne008.jpg
suzanne009.jpg
suzanne010.jpg
suzanne011.jpg

Histoires de tableaux Traduit en roumain (2006) : Povestiri cu tablouri "Suzanne si marul" Jacques De Decker + Avraam și femeia adulteră Paul Emond

L'article est un nouveau mensuel littéraire belge qui ne comporte qu'un seul article de 5000 mots.
Un article de Véronique Bergen   novembre 2020
Hugues Hausman (Illustration)
Jacques De Decker : L'immortel de l'Académie royale de Belgique

Jacques De Decker possède l’insigne puissance d’être encore présent dans son absence. Présent par l’œuvre qu’il nous lègue, par les analyses, les outils de compréhension et de combat qu’il nous a transmis. Mais pas seulement. Il est certains morts que la mort n’arrive pas à ravir. Qui demeurent aussi prégnants parmi nous, aussi visibles, tangibles que durant leur existence.

 Jacques appartient à ce clan d’initiés.

Pourtant, son évocation éveille la douleur de la perte d’un être immense, la perte d’une amitié, d’une complicité. Une perte qui nous laisse orphelins. Inconsolables. Elle se brise aussi sur la tonalité de la nostalgie. Nostalgie du « jamais plus », nostalgie de la pièce qu’il projetait sur Évariste Galois, de la biographie de Brecht qu’il ne nous livrera jamais. On se raccroche à ses romans, La Grande roue, Parades amoureuses, Le Ventre de la baleine, à son livret d’opéra Frühlings Erwachen, inspiré par Wedekind, sur une musique de Benoît Mernier, on porte à ses yeux, à ses lèvres ses recueils de nouvelles, Lettres de mon auto, Tu n’as rien vu à Waterloo, Histoires de tableaux, Modèles réduits, on danse en lisant ses pièces, Jeu d’intérieur, Épiphanies, Fenêtre sur couple, Fitness, Petit matin, grand soir, Le Magnolia ou le Veau-de-ville et le Veau-des-champs…, on rêve à la biographie de Jacques en retraversant ses biographies d’Ibsen, de Wagner, son essai Les Philosophes amateurs, son opus sur les poésies de Brecht, on entend le timbre, le grain de sa voix, son rire à chaque page, on se dit qu’il va surgir à la fin du chapitre, que, facétieux, il nous a joué un tour de saltimbanque, on pense qu’il a peut-être désiré rejoindre son frère Armand mort un an auparavant, le 12 juin 2019, oui, un 12 comme lui, on écoute la musique qu’il nous laisse, une musique de mots imprégnée par la vie de celui que je vois comme un des rares êtres oasis.

Un être auprès de qui on se désaltère. Un « incurable rêveur de lumière » comme l’écrit magnifiquement Jacques Crickillon dans le recueil L’autre Grand Jacques.

Quo vadis ? Où vas-tu, Jacques ?

 

Hommage à Jacques DE DECKER, donné à la librairie Le Chapitre XII le dimanche 4 octobre 2020

Monique Toussaint & Albert-André Lheureux

Captation par Léo OUZEGDOUH : leo.ouzegdouh@mail.be

Présentation : Monique Toussaint

"La jeunesse de Jacques", par Albert-André LHEUREUX

​ "Jacques journaliste", par Colette BRAEKMANN et Catherine FERRANT

"Jacques et la revue "Marginales"", par Vincent ENGEL 

"L'homme Jacques DE DECKER", par Jean-Philippe TOUSSAINT

​ "Jacques et l'Académie", par Yves NAMUR

​ "Jacques et l'autre Académie", par François DE CALLATAY

​ "Jacques et la traduction", par Françoise WUILMART

  "Jacques romancier", texte par Philippe REMY-WILKIN, lectures par Delphine ROY et Christophe JACCARD 

"Jacques et la Maison Béjart", par Michel ROBERT, et la compagnie BAEJJAHN

​ "Jacques dramaturge", par Julien-Paul REMY, et extrait de "Petit matin, Grand soir" par Delphine ROY et Christophe JACCARD 

"Le mot de la fin", par Claudia RITTER

Dessin Roland Breuker

Il y a un an, Jacques De Decker nous quittait. Durant cette année, nous avons pu mesurer l’immense affection qui le liait et le lie toujours à une multitude d’hommes et de femmes, jeunes et moins jeunes. La revue Marginales, une de ses œuvres, se poursuit et se réinventera ; deux volumes d’hommages touchants, pour rire et pleurer, pour réfléchir et méditer, ont été publiés, et restent disponibles chez vos libraires pour celles et ceux qui voudraient, en ce jour et durant ceux qui viennent, prolonger la mémoire et saluer l’ami disparu.   Revue Marginales

l autre grand jacques.jpg
Marginales 305 Automne-hiver 2020

Réédition L'Autre Grand Jacques Collection "Périples" Editions Labor  1995  illustration couverture dessin de Luc De Decker

Marginales 306 Printemps 2021
Marginales 306 Printemps 2021

Salut l'Acrobate Hommage à Jacques De Decker n°306 printemps 2021 Photo de couverture Claudia Ritter

 
Le Vif L'Express

  C'est beau comme 

    Les lumières de Jacques De Decker 

Article signé Thierry Fiorilli

Le Vif L'Express  n° 17 29 avril 2021
  C'est beau comme  Les lumières de Jacques De Decker  Thierry Fiorilli
C'est beau comme      Les lumières de Jacques De Decker   Article signé Thierry Fiorilli
C'est beau comme les lumières de Jacquestexte Thierry Fiorilli
00:00 / 03:13
Libre Culture

  L'homme qui aimait promener sa truffe 

La Libre Belgique 12 mai 2021
L'homme qui aimait promener sa truffe Guy Duplat
L'homme qui aimait promener sa truffe Guy Duplat
L'homme qui aimait promener sa truffe Guy Duplat

Guy Duplat 12 mai 2021

L'homme qui aimait promener sa truffe Guy Duplat